Réalisations

Valorisation des matières résiduelles abandonnées sur un site de compostage situé à Saint-Luc-de-Vincennes de l'ancien site de compostage de Saint-Luc-de-Vincennes

En avril 2010, VIRIDIS et ses partenaires ; Services Environnementaux Sanexen et Transport SERRO ont reçu le mandat du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) de retirer les 264 000 mètres cubes de matières organiques du site de compostage de Saint-Luc-de-Vincennes en visant la valorisation d’au moins 60 % des matières actuellement entreposées.

Reconnus pour ses compétences dans ce domaine, VIRIDIS et ses partenaires ont réalisé leur mandat en conformité avec les règles et les exigences du MDDEP, en minimisant les impacts sur l’environnement et la qualité de vie du voisinage. Au cours des travaux, VIRIDIS a privilégié également une approche de communication basée sur la transparence et le dialogue avec la collectivité.

Les travaux, d’une durée maximale de 42 mois, ont redonné aux citoyens de Saint-Luc-de-Vincennes un site plus sain au plan environnemental.

Le 15 novembre 2013, VIRIDIS et ses partenaires ont annoncé la fin des travaux de nettoyage et de valorisation. Au total, 293 421 tonnes métriques de matières organiques ont été transportées hors du site dont plus de 95% en épandage agricole.

Ce projet a permis également de constituer un Fond vert dans laquelle VIRIDIS et ses partenaires ont investi plus de 150 000$, fond qui a servi à financer une vingtaine de projet à caractère environnemental partout au Québec.

En savoir plus...

Réhabilitation de l’ancien lieu d’enfouissement sanitaire (LET) de la Ville de Sept-Îles

Sept-Iles-Ancien site d'enfouissement

Les MRF sont des matériaux idéaux pour effectuer la réhabilitation de sites dégradés, tel que l’ancien lieu d’enfouissement sanitaire (LET) de la Ville de Sept-Îles. Pour ce projet, des biosolides municipaux, déjà entreposés sur ce même site, ont été utilisés pour redonner vie à ce lieu à priori inhospitalier pour la croissance des végétaux. Aujourd'hui, une prairie verdoyante est installée sur les lieux et change complètement le visage de cet endroit qui constituait au préalable un passif pour la Ville de Sept-Îles.

Végétalisation de haldes à stérile minier – LAB Chrysotile

Les résidus et les stériles miniers accumulés sur les haldes proviennent de l’exploitation du gisement à ciel ouvert de la mine Lac d’Amiante aussi connu sous les appellations de « Black Lake Mines » et de « LAB Mine ». Le site était récemment exploité par la compagnie LAB Chrysotile jusqu’en 2012.

Au cours des 70 dernières années, l’exploitation de la mine à Black Lake a produit de grandes quantités de stériles et de résidus miniers accumulés sur près de 500 hectares de terrains. Les haldes peuvent atteindre jusqu’à 300 mètres de hauteur à certains endroits.

Depuis 2011, VIRIDIS collabore avec LAB Chrysotile pour la végétalisation des haldes à stérile miniers avec l’utilisation de MRF. C’est plus de 25 hectares de haldes qui ont été revégétalisé grâce au recyclage de MRF jusqu’à maintenant. Ce faisant, en 2014, VIRIDIS a recyclé plus de 45 000 tonnes de matières résiduelles pour ce faire, un avantage majeur de cette technique.

En plus d’éviter l’enfouissement de matières organiques, un geste écologique, économique, durable et socialement responsable, la végétalisation à l’aide de MRF a un impact positif sur la réhabilitation des sites dégradés. L’implantation d’une couverture végétale permanente à l’aide d’herbacés adaptées au milieu environnant permet, entres autres, d’améliorer grandement l’esthétique du paysage tout en contribuant au développement de la biodiversité en permettant à la faune et la flore de se développer dans un milieu plus fertile.

Grâce à ses solutions novatrices et son expertise dans le domaine, VIRIDIS a développé plusieurs recettes de substrats organiques adaptées pour la végétalisation de haldes à stérile minier.

Soucieux du milieu avoisinant, VIRIDIS a intégré également dans sa méthode des pratiques et une éthique de travail rigoureuses afin de limiter les impacts négatifs de ses activités sur l’environnement. Un suivi environnemental méticuleux est réalisé sur les matériaux utilisés et les eaux de surfaces. Tous les travaux réalisés sont également encadrés par un certificat d’autorisation délivré par le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC).

Recyclage de MRF en milieu sylvicole sur des plantations de peupliers hybrides

Le recyclage en milieu sylvicole consiste à épandre une matière résiduelle fertilisante (MRF) telle que, par exemple, des biosolides papetiers ou municipaux, sur des plantations existantes ou encore sur de nouvelles plantations d’arbres. L’épandage de MRF en forêt favorise grandement l’implantation et la croissance du Peuplier hybride.

Depuis 2009, VIRIDIS a réalisé le recyclage de plus de 150 000 tonnes de MRF, dans le cadre de travaux de plantation du Peuplier hybride, en collaboration avec des industries papetières. Grâce à son expertise dans le domaine, VIRIDIS assure des services professionnels à ses clients au niveau de l’approvisionnement, de la gestion, du suivi technique et du suivi environnemental de l’utilisation des MRF en milieu sylvicole.

Ces travaux sont sujets à l’obtention d’un certificat d’autorisation du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC). Selon le MDDELCC, le recyclage de matières résiduelles organiques comme fertilisants est la meilleure façon au point de vue environnemental de disposer de ces matières. On réduit ainsi l’émanation de gaz à effet de serre (GES), comparativement à l’enfouissement, tout en favorisant la croissance des arbres qui eux fixent les GES : un double avantage. En respectant les critères du MDDELCC, le recyclage de MRF en milieu sylvicole représente un risque négligeable pour l’environnement, une fertilisation très économique et une solution globale de gestion de matière organique pour atteindre les objectifs du MDDELCC d’ici 2020 (0% d’enfouissement des matières organiques).

Valorisation agricole des biosolides municipaux de la Régie d'Assainissement des Eaux du Bassin de Laprairie (RAEBL)

La Régie d’assainissement des eaux usées du Bassin de Laprairie (RAEBL), propriétaire de l’une des plus grosses usines d’épuration des eaux usées en production continue du Québec, a octroyé à VIRIDIS un mandat de cinq ans pour la gestion de ses biosolides déshydratés. Approximativement 29 000 t.m. de biosolides sont produits annuellement par la RAEBL, dont une proportion croissante est recyclée en tant que fertilisant agricole. VIRIDIS est responsable de toutes les étapes de la gestion : de la logistique de collecte, du transport et de la disposition, jusqu’au recyclage agricole et aux contrôles environnementaux.

Bureau de Beloeil
Siège social
1611, rue de l'Industrie
Beloeil (Québec), J3G 0S5
T. 450 813-4970
F. 450 813-4979
Bureau de Sherbrooke
3995, rue Lesage
Sherbrooke, (Québec), J1L 2Z9
T. 819 791-4207
F. 1 888 701-4003
Bureau de Québec
965, Newton, bureau 270
Québec (Québec), G1P 4M4
T. 418 704-0883
F. 418 704-0535